LES ÉBLOUIS

 

LES ÉBLOUIS

À partir de 13 ans

Drame – Sarah Suco – France – 2019 – 1 h 39 – VF

Ne suivez pas l’étoile du « Berger » !

Avec ce premier long métrage, Sarah Suco raconte sa propre histoire. Camille, 12 ans, doit renoncer à son école de cirque, suite à l’adhésion de ses parents à une communauté charismatique dont elle refuse très vite les règles. Écartelée entre l’amour pour les siens et l’endoctrinement, elle finit par faire le mur et dénonce à la police les abus de la communauté que sa mère nie de voir : exorcisme, abus sexuels, refus de toute aide médicale... « Précision importante : inspirée de faits qui datent d’une vingtaine d’années, l’action est contemporaine de notre époque, où l’on estime entre 50 000 et 60 000 le nombre d’enfants victimes de dérives sectaires. » ( avoir-alire.com )

Pistes pédagogiques : l’emprise sectaire et ses dérives, adolescente écartelée, libre-arbitre.
En savoir plushttp://distrib.pyramidefilms.com/les-eblouis.html
Désolé, il n'y a pas de séance prévue pour le moment. Revenez prochainement !

Antoine Le Carpentier a suivi des études à Reims Management School. Il a rejoint « Mon Voisin Productions » en 2008 pour assister Dominique Besnehard sur ses nombreux projets. Il a créé un département Courts métrages et Documentaires afin d’accompagner et de développer des talents venant de multiples horizons. Il est producteur associé du film Les Éblouis . Il sera présent pour Les Éblouis (sous réserve) au Metropolis le jeudi 2 avril à 19 h 30.
Ils ont fait le film

Sarah Suco, réalisatrice

Sarah Suco est une actrice de théâtre et de cinéma. Elle est née en 1981 à Montpellier dans une famille qui fait partie d’une communauté religieuse charismatique. À 18 ans, elle prend la décision de quitter cette communauté, ce qui veut dire se séparer de sa famille. Après le lycée, elle suit sa passion du théâtre et commence des études au conservatoire de Bordeaux, puis de Paris. Elle travaille dans le théâtre pour jeune public, notamment avec Pierre Palmade, qui l’encourage à se lancer dans l’écriture de pièces de théâtre et de courts métrages dans lesquels elle joue aussi et qui reçoivent de nombreux prix.

Les Éblouis est son premier long métrage en tant que réalisatrice pour lequel elle obtient le Prix Célestine du Meilleur film, Festival de Bienne ; le Prix Alice Nella Città du Meilleur film, Festival de Rome ; Prix Cinéma 2019 de la fondation Barrière.

 

Interview avec Sarah Suco menée par Claire Vassé

https://www.cameo-nancy.fr/129-entretien-avec-le-realisateur/21211-les-eblouis-entretien-realisatrice

 

Interview avec Sarah Suco par le CNC

https://www.cnc.fr/cinema/actualites/sarah-suco-javais-lhistoire-des-eblouis-en-moi-depuis-20-ans_1085296

 

Sarah Suco a participé à :

https://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=266423

Céleste Brunnquell dans le rôle de Camille Lourmel

Céleste Brunnquell est repérée par Sarah Suco dans un cours au Théâtre de l’Atelier de Paris. La comédienne cherche le rôle principal de son premier film, Les Éblouis, et est séduite par le talent de cette jeune interprète. Aux côtés de Camille Cottin et Jean-Pierre Darroussin, Céleste interprète Camille, 12 ans. Passionnée de cirque, elle est nominée dans la catégorie Meilleur espoir féminin. En 2020, elle prépare le concours du Cours Florent tout en continuant ses études en Terminale Littéraire.

 

Camille Cottin dans le rôle de Christine Lourmel

Née le 1er décembre 1978 à Boulogne-Billancourt, elle est une comédienne française.

Parisienne de naissance, Camille Cottin passe cinq années de son adolescence en Angleterre. Quand elle revient en France, elle suit des cours à l’école de théâtre et d’art dramatique Jean Périmony. En 1998, elle se produit sur une scène de théâtre et décrochera son premier rôle dans un long métrage dans Yamakasi d’Ariel Zeitoun.
Par la suite, on la voit à la télévision (Femmes de LoiP.J), au théâtre sous la direction de Pierre Palmade qui l’intègre à sa troupe en 2009. En 2013, Camille Cottin se fait connaître par le grand public dans son rôle dans Connasse, le programme court de Canal+, et en 2015, dans la série de France Télévision Dix pour cent. En 2019, elle joue au côté de Fabrice Lucchini dans Le Mystère Henri Pick, puis sous la direction de Cédric Klapisch un second rôle important dans sa comédie romantique Deux moi.

 

Éric Caravaca dans le rôle de Frédéric Lourmel

Né en 1966 à Rennes, Éric Caravaca, intéressé par le théâtre, s’inscrit pendant les années de lycée au conservatoire de Rouen. Après des études de médecine, puis de lettres, il entre pour un an à l’École de la rue Blanche à Paris. Il continue sa formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, en sort en 1993, puis part pour une année à New York, à l’Actors Studio. De retour à Paris, il refuse d’entrer à la Comédie-Française et commence sa carrière au théâtre, où il joue notamment En attendant Godot de Samuel Beckett.

Au cinéma, il joue surtout des seconds rôles et reçoit en 1999 pour C’est quoi la vie ?  de François Dupeyron, le César du meilleur espoir masculin.

En 2006, il réalise son premier long métrage, Le Passager, dans lequel il joue en même temps à côté de Julie Depardieu.

 

Jean-Pierre Darroussin dans le rôle du berger

(On ne le présente plus )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Darroussin

[collapse]
Ils en parlent

Entretien avec Michel Drucker

https://www.ouest-france.fr/medias/television/la-realisatrice-sarah-suco-evoque-face-michel-drucker-son-enfance-dans-une-secte-6605174

 

« …Servie par des acteurs dirigés de main de maître (notamment Camille Cottin, transportée), la cinéaste suscite des émotions puissantes chez le spectateur : haine, compassion, dégoût, horreur, révolte. Cinéma de combat, mais aussi des passions humaines… » https://www.nouvelobs.com/cinema/20191120.OBS21326/les-miserables-les-eblouis-terminal-sud-les-films-a-voir-ou-pas-cette-semaine.html

 

« … Le scénario et la réalisation de Sarah Suco sont habiles, pleins de justesse et particulièrement bien construits pour captiver les spectateurs devant ce récit anxiogène… »

https://www.avoir-alire.com/les-eblouis-la-fiche-film

 

« … L’autre réussite réside dans le jeu tout en finesse des comédiens, qui évite aux Éblouis de sombrer dans le glauque ou la caricature… »

https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/11/20/dans-les-eblouis-la-derive-sectaire-d-une-famille-filmee-a-hauteur-d-enfant_6019816_3246.html (La critique complète réservée aux abonnés du Le Monde)

[collapse]
Bande Annonce et vidéos

[collapse]

Les commentaires sont fermés.