Luna

À partir de 16 ans

Luna
Comédie dramatique – Elsa Diringer – France – 2018 – 1 h 33 – VF
D’autres choix sont possibles !
Luna serait prête à tout pour garder l’amour de Ruben. Au cours d’une soirée trop arrosée avec ses amis, ils agressent un jeune inconnu. Quelques semaines plus tard, celui-ci réapparaît dans sa vie.
Pistes pédagogiques : l’influence du groupe sur l’individu/agressions et vidéos/Roméo et Juliette
Désolé, il n'y a pas de séance prévue pour le moment. Revenez prochainement !

En savoir plus… http://distrib.pyramidefilms.com/pyramidefilms-distribution-catalogue-l/luna.html

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.
Luna vit près de Montpellier et travaille dans une exploitation maraichère. Elle est belle, drôle, elle dévore la vie. Elle serait prête à tout pour garder l’amour de Ruben. Au cours d’une soirée trop arrosée avec ses amis, ils agressent un jeune inconnu. Quelques semaines plus tard, celui-ci réapparait dans la vie de Luna. Elle va devoir faire des choix.
« J’avais envie de partir du point de vue d’une ‟méchante”, c’était la base du film : raconter l’histoire d’une jeune fille qui gagne son humanité. Il fallait donc construire un personnage qui parte de loin, avec le risque de ne pas aimer ce personnage au début. Cela a été un défi pendant l’écriture : jusqu’où aller dans cette dureté, dans cette inconscience morale, sans lâcher Luna ? (…) Je ne voulais pas esquiver la lâcheté du personnage, ni son égoïsme. A l’écriture, puis au montage, le dosage a été très délicat. Je me suis souvent rappelé le film des Dardenne, L’enfant, qui choisit également d’être du côté d’un ‟monstre”, pour garder foi en mon propre personnage. (…) Mon idée était de filmer le jaillissement de la violence, la dilution de la responsabilité. Chaque personne met un doigt dans l’engrenage et ça va très vite. » (Elsa Diringer)

Meilleur premier film au 22e « COLCOA Film Festival » (Festival du film français à Hollywood).
Prix d’interprétation féminine pour Laëtitia Clément aux festivals du film de Cabourg et du film francophone de La Ciotat.
Prix « Lumière d’or » pour Elsa Diringer au festival du film francophone de La Ciotat.

Retrouvez Laëtitia Clément, actrice principale du film, lors de trois séances tout public :
– Samedi 30 mars à 18h au théâtre Louis Jouvet de Rethel
– Samedi 30 mars à 20h30 au cinéma Le Turenne de Sedan
– Dimanche 31 mars à 17h au cinéma Le Metropolis de Charleville-Mézières

ENSEIGNANTS EN LYCEE et RESPONSABLES DE CENTRE SOCIAUX…
« Osez » emmener vos élèves ou grands ados (âge recommandé : à partir de 16 ans) à la rencontre de Luna et de Laëtitia Clément sur l’une de ces trois séances : ils ne pourront qu’être touchés par cette histoire et cet univers qu’ils connaissent, de près ou de loin… et BENEFICIEZ DU TARIF SCOLAIRE en pré-réservant à l’adresse suivante: contact@lesenfantsducinema.fr
Ils ont fait le film

La réalisatrice, Elsa Diringer : Elsa Diringer est née en 1982 à Strasbourg et a grandi à Montpellier. Après une prépa littéraire et un master en études cinématographiques à l’université Paris 8, elle travaille comme assistante son sur des films d’Alain Resnais, Nicole Garcia, René Féret… En 2009, elle réalise son premier court-métrage, Ada, produit par Lazennec et sélectionné au Festival de Clermont-Ferrand en compétition. Suivront de nombreux courts-métrages réalisés au sein du collectif Tribudom qui travaille avec les habitants des quartiers dits « sensibles » du Nord-est parisien. Parmi eux, C’est à Dieu qu’il faut le dire, coproduit par Agat Films & Cie, est sélectionné dans de nombreux festivals et nominé aux Lutins du court-métrage. Luna est son premier long-métrage.

Laëtitia Clément : Luna, c’est elle ! Pour son premier rôle, elle irradie littéralement et crève l’écran… Née en septembre 1999 et actuellement en prépa-infirmière, Laëtitia est repérée à 16 ans lors d’un casting sauvage dans son lycée de Nîmes. Elle répond à une convocation de sa CPE sans savoir où cela la conduira… En savoir plus : interview de Laëtitia Clément dans le Journal des femmes (https://www.journaldesfemmes.fr/loisirs/cinema/2059905-laetitia-clement-heroine-solaire-de-luna/)

Rod Paradot : Rod Paradot est en CAP de menuiserie quand la réalisatrice Emmanuelle Bercot jette son dévolu sur lui pour en faire le héros de son nouveau film, La Tête haute. Le jeune homme n’a jamais joué la comédie et se retrouve propulsé au centre d’un long-métrage réunissant des pointures du cinéma français comme la légendaire Catherine Deneuve, Benoît Magimel et Sara Forestier. La Tête haute raconte l’histoire de Malony de son enfance à la fin de son adolescence. Perturbé et violent, le jeune homme est suivi par une juge pour enfant incarnée par Catherine Deneuve et un éducateur pugnace campé par Benoît Magimel. Le film est projeté en ouverture du Festival de Cannes 2015 et propulse la révélation Rod Paradot sur la Croisette. Son interprétation fiévreuse du jeune Malony fait de l’acteur un futur espoir du cinéma français ; il reçoit en 2016 le César du Meilleur jeune espoir masculin. Luna est le deuxième long-métrage auquel il participe ; on le retrouve également dans les séries Ad Vitam ou encore Capitaine Marleau.

[collapse]
Ils en parlent

Luna sur le site du distributeur « Pyramide Films »

Portrait et interview de Laëtitia Clément sur CinéSéries

Portrait et interview de Rod Paradot sur CinéSéries

Critiques presse :

BIBA : « Le film est non seulement la révélation d’une cinéaste pleine de promesses qui sait aussi bien ménager l’éclosion de l’amour que le suspense, mais aussi celle d’une comédienne, Laëtitia Clément, inconnue au tempérament de feu (…). »
Marianne : « Toujours à bonne distance de ses personnages et de leurs sentiments à vif, la cinéaste, aussi inspirée dans son scénario que dans sa mise en scène, offre un récit initiatique passionnant où elle évite le pathos et la surenchère. »
Positif : « Luna est bien un film solaire, porté par la débutante Laëtitia Clément en amoureuse farouche, prête à tout pour changer le cours de son destin, même au milieu d’un champ de tomates. »
Télérama : Peut-être Elsa Diringer s’attarde-t‑elle un rien trop, comme pour excuser la rudesse de la première partie de son film, sur ses deux héros, en pleine idylle amoureuse, dans de beaux paysages limpides. Mais elle prend soin, à chaque instant, de suggérer la fragilité de cet amour fondé sur le mensonge.
Le Monde : Si Luna accumule en son début tous les clichés sur la jeunesse, il finit par s’en déprendre, bien aidé en cela par la présence acidulée de l’actrice, Laëtitia Clément, qui électrise tous les plans.

[collapse]
Bande Annonce et vidéos

[collapse]
Documents à télécharger et pistes pédagogiques

Influence du groupe sur l’individu, émancipation des jeunes filles :
Des dossiers pédagogiques et des films de référence, pour prolonger l’expérience de Luna :

  Luna : Bande de filles, de Céline Sciamma (1,4 MiB, 31 hits)

  Luna : Mustang, de DenizGamzeErgüven (2,3 MiB, 28 hits)

Cyberharcèlement, harcèlement scolaire, document de référence :

  Luna : Cyberharcèlement, harcèlement scolaire, document de référence (1,3 MiB, 27 hits)

  Luna : Dossier de presse (671,5 KiB, 80 hits)

[collapse]

Les commentaires sont fermés.